Quelle est la meilleure combinaison pour motiver les troupes ?

« Tout dépend du message que vous voulez envoyer à vos équipes. » Ce conseil, Pascal Berger, expert-comptable à la tête du cabinet grenoblois Fiduxia, le prodigue aux dirigeants de PME qui s’interrogent sur les outils à leur disposition pour favoriser l’engagement collectif, et leur conseille de miser sur la complémentarité entre « partage de la performance » et « manifestation de la reconnaissance ».

La fin du forfait social, proposé dans la loi Pacte au début de l’année, ouvre-t-elle de nouveaux horizons aux employeurs ?

Pascal Berger – Cette évolution, et la suppression de charges qu’elle suppose, est forcément une bonne nouvelle pour un dirigeant de PME. La décision donne un regain d’intérêt aux outils de partage de la performance que sont la participation et l’intéressement. Dans le contexte social tendu de ce début d’année, « partager la performance » est un message fort que les entreprises, même plus petites, auraient tort d’ignorer.

Toutefois, opter pour cette philosophie, et les outils qui s’en inspirent, reste visiblement insuffisant pour favoriser la motivation des collaborateurs. Si c’était le cas, le recours à l’intéressement se ferait sans doute dans des proportions beaucoup plus importantes qu’on les connaît aujourd’hui (seulement un salarié de TPE/PME sur 10 en bénéficie).

“On ressent une attente sur une meilleure considération de l’engagement au quotidien.”

Qu’est-ce qui vous conduit à faire un tel constat sur le partage de la performance ?

P.B. – Le caractère exceptionnel de la démarche et le profit différé pour le salarié. Car déclencher une opportunité telle que l’intéressement suppose déjà que l’entreprise atteigne des objectifs fixés et contractualisés au préalable. Et le salarié devra par ailleurs faire valoir des événements spécifiques – mariage, achat de la résidence principale, etc. – pour en débloquer le montant sans le soumettre à l’imposition.

En somme, par le biais d’un tel dispositif, l’entreprise rappelle qu’elle sait être généreuse dans les grandes occasions. Et c’est tout à fait adapté. Reste que les études sur l’environnement professionnel et la colère exprimée dans la rue rappellent que l’attente porte sur une considération immédiate, en lien avec l’engagement quotidien.

Alors que préconisez-vous à un dirigeant qui veut se démarquer en tant qu’employeur ?

P.B. – D’aller plus loin en jouant sur la complémentarité qu’il peut y avoir entre le partage de la performance et la manifestation de la reconnaissance. En résumé d’être présent pour les grandes occasions, comme dans les petites attentions. Ça passe évidemment par l’attitude (proximité, écoute, feedback positif, etc.), mais aussi par des dispositifs conçus pour récompenser l’engagement, indépendamment de toute notion de performance.

” Être présent pour les grandes occasions, comme dans les petites attentions. “

C’est à l’image du geste manifesté par un dirigeant qui choisit une solution comme WiiSmile. En bénéficiant d’avantages sur des activités sociales et culturelles – vacances, cultures, loisirs – dont il profite en famille, le collaborateur perçoit l’intention de son employeur comme une invitation à prendre soin de lui et des siens. C’est un message extrêmement positif, qui démontre une volonté d’investir durablement sur les équipes.

 

A propos de Fiduxia

Société grenobloise d’expertise-comptable et de commissariat aux comptes, Fiduxia est spécialisée dans le conseil et l’accompagnement d’acteurs économiques présents dans des domaines extrêmement variés (commerces, industries, professions libérales, BTP…).

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *